logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/01/2008

Négationisme

Ecrit le 11 septembre 2006

Onze septembre, événement à jamais inoubliable, au même titre que le déclenchement de l’inquisition espagnole en 1492 ou le massacre de la Saint-Barthélemy en 1572.

Les terroristes (comme, d’ailleurs tous les criminels) se justifient toujours en blâmant leurs victimes. C’est cela, le négationnisme.

On mesure à quel point il est facile de rendre les hommes sourds et aveugles quand on considère qu’il y a encore, en France, quelques millions de personnes qui se disent communistes.

Qui se proclamerait nazi se ferait insulter ; peut-être même attaquer physiquement. On lui refuserait tout emploi ; et avec raison. Quiconque, au nom de la suprématie des races et autres théories politiques plus ou moins vaseuses, essayerait de justifier le massacre de 20 millions d’êtres humains dont 6 millions torturés et exécutés froidement, ne mériterait pas de faire partie de notre société. Par contre, un communiste qui parle de « nécessité historique » pour justifier la torture et le massacre de 75 millions d’individus dans la seule Union Soviétique et ses colonies, sans parler des horreurs qui se perpétuent encore en Chine (100 millions de victimes au bas mot) et en Corée du Nord, ce communiste-là est accepté partout. L’aveuglement négationniste n’est donc pas seulement de son côté…

Commentaires

Bonjour,

La grande différence vient du fait que dans un cas, le crime est dirigé vers des victimes clairement définies,alors que dans l'autre, elles sont plus floues.
Tu t'identifies facilement avec une victime de l'holocauste, et beaucoup moins avec une victime vague du goulag ou un malheureux vistime d'une famine !

J'essaie de comprendre ce que tu soulignes et surtout pas de justifier !!!


Amitiés du grillon

Écrit par : christian | 29/01/2008

Bonjour

Moi aussi j'essaie de comprendre parce que j'ai déjà entendu ce discours.

Il me semble qu'un mot (en l'occurence le mot "communisme") n'est qu'un mot et que ce qui importe c'est le SENS qu'on lui adjoint. Je veux dire que c'est comme si on reprochait qu'il y ait des socialistes en affirmant que l'histoire du national-socialisme ne devrait plus permettre cela.

Les mots ne veulent rien dire : ce sont les ensembles de mots et les actes que nous leur adjoignons qui signifient.

J'ajouterai que les communistes, en France, ont fait suffisamment la démonstration de leur grande humanité pour qu'on ne se contente pas du discours de quelques simplets.

Je ne suis pas communiste, mais je crois fermement à ce que je dis plus haut : ce qui compte, c'est le sens.

Écrit par : monique | 29/01/2008

Je souris ... bises d'une ancienne militante communiste, toujours communiste dans les idées de partage, de générosité, de justice sociale pour tous. A bon entendeur salut ! bises de miche

Écrit par : miche | 07/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique