logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/03/2008

Pauvre vieille !

Quand ma mère est morte, j’ai pensé “Pauvre Vieille !” Elle avait perdu son père à l’âge de six ans. Sa propre mère étant devenue pratiquement catatonique, c’est elle qui a élevé son frère qui avait quatre ans à l’époque et sa sœur qui en avait deux.

Elle n’est allée à l’école que pendant quelques semaines, s’est instruite elle-même mais, avec tout le reste de sa classe, a raté son Certificat d’étude avec zéro en dictée. L’examinateur venait de Provence et les enfants n’ont pas compris un traître mot de ce qu’il racontait. Zéro pour tout le monde ! Personne, enfants, parents ou enseignants n’a osé protester. Telle était à l’époque – et telle est encore – la mesquine mais impitoyable tyrannie des esprits faibles à qui l’on donne un peu d’autorité. Les millions de soldats tombés pendant la guerre de 14/18 en avaient subi l’ultime conséquence.

Elle a voulu rejoindre son père et se suicider en arrêtant de manger mais fut sauvée par la gentillesse d’une gamine de son âge.

Ce qui aurait pu se transformer en rébellion active et fructueuse fut récupéré par une religion despotique, omniprésente et oppressante. Ma mère rejeta deux prétendants sympathiques, deux frères qui lui firent la cour l’un après l’autre et qui, tous deux, réussirent fort bien dans la vie. Là encore, je blâme l’emprise d’un catholicisme qui ne permettait aucune intimité entre les jeunes. Ceux qui, sans pour cela renier leurs attaches rituelles et culturelles, avaient l’intelligence de prendre leur distance avec tous ces tabous échappaient aux frustrations, aux refoulements et aux névroses. Les autres…

Dans ces circonstances, était-il vraiment possible pour une jeune femme de tomber sincèrement et véritablement amoureuse ? Comme le héron de la fable, et après avoir rejeté la carpe et le brochet, elle se contenta d’un escargot. Mes parents ne s’aimaient pas. A la longue, une certaine affection se créa entre eux mais ma mère n’avait pas la moindre idée de ce que peut être un amour passionné, amour qu’en bonne Catholique elle avait d’ailleurs appris à mépriser totalement.

Enfant puis jeune femme ballottée par le deuil, la pauvreté et la religion, elle fut une mauvaise mère, ne sachant que juger et critiquer. Je me suis parfois cru sa cible préférée mais personne, en fait, ne trouvait grâce à ses yeux. Peu avant sa mort, et alors que je lui racontais un repas que j’avais pris au restaurant avec des amis, elle trouvait encore le moyen de désapprouver le choix du restaurant, la personnalité de mes amis, l’entrée, le plat principal, la sélection de légumes, le dessert etc… Intérieurement, j’en riais mais, plus intérieurement encore, j’en pleurais car c’est comme cela qu’elle m’avait “élevé”, trouvant toujours tout mal, inexorablement, sans pitié, sans répit.

Quelle vie gâchée ! Quand elle est morte, j’ai pensé “Pauvre Vieille !” En fin de compte, je lui ai tout pardonné car c’était une victime beaucoup plus qu’une tortionnaire. Prenant inconsciemment exemple sur elle, je suis moi-même tombé dans le travers consistant à souvent critiquer sans motif ma femme et ma fille… et maintenant j’en ai tellement honte ! Les pères (en ce cas précis les mères et les grand-mères) mangent des raisins verts et ce sont les fils et les petit-fils qui ont mal aux dents.

Et l’escargot dans tout cela ? A lui aussi, j’ai pardonné. Sa mère ne l’avait pas aimé. Il avait été élevé dans l’idée obsessionnelle qu’il faut se débrouiller pour survivre. C’est vrai, à condition que cela ne devienne pas une maladie et surtout que cela ne vous transforme pas en un irrémédiable égocentrique. Il fut veuf d’une femme qu’il avait vraiment aimée, puis prisonnier de guerre de 1940 à 45. Il s’est battu, battu, battu contre la vie mais il y a laissé son âme.

Commentaires

Triste tableau ! C’est bien cela, une chaîne sans fin de souffrance, de malheur et de dureté reçus et retransmis à son tour.

Cela dit, ce comportement n’est pas le triste privilège des mères ; les pères aussi reproduisent des comportements complètement dénués de la plus petite trace d’amour quand ce n’est pas de la violence contre leur famille ou contre eux-mêmes en se détruisant par l’alcool par exemple.

Je comprends Wolfy comme tu as dû souffrir de tout cela ayant eu moi-même à vivre dans mon enfance une vie familiale difficile.

Il faut arriver à dépasser tout cela et à s’armer de valeurs glanées ailleurs et c’est vrai que ça ne se fait pas en un jour. Un chemin long…long…long.

J’aime beaucoup la simplicité avec laquelle tu as raconté cela.
Prends bien soin de ceux que tu aimes.

A bientôt. Monique

Écrit par : monique | 29/03/2008

Aujourd'hui encore les religions et les dogmes sont des obstacles à la pensée. Les femmes et les faibles payent le prix fort.

Écrit par : Charline | 29/03/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique