logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/04/2008

Rouleau compresseur

Du Moyen-âge au XVIII° siècle, l’église catholique s’est retournée avec une indicible sauvagerie contre les “hérétiques” ; sauvagerie d’autant plus surprenante qu’elle se réclamait d’une doctrine prônant la charité et demandant que l’on aime ses ennemis.

Les hérétiques ne raisonnaient pas. Par cela, je veux dire qu’ils ne se servaient pas de la logique et de la raison pour se démarquer des catholiques : ils affirmaient autre chose, ils assénaient des dogmes et des croyances différentes.

Les protestants, par contre, ont commencé à raisonner. Comme toutes les religions dualistes qu’elles soient monothéistes ou polythéistes, la leur est illogique mais pas autant que le catholicisme. C’est ce raisonnement qui a dérangé plus que tout.

Rabelais et Montaigne étaient viscéralement anti-protestants mais ils avaient respiré l’air du temps et défendaient la valeur du raisonnement. La Sorbonne, qu’ils attaquèrent tous deux à 40 ans d’écart, avait déjà levé le pont-levis et baissé la herse contre les assauts du raisonnement. Tout était dans les livres. Tout y resterait et rien n’y serait contesté ou ajouté, que ce fût en médecine ou en toute autre science. Cela n’a pas duré car il y a toujours eu des rebelles mais cela a considérablement ralenti les progrès des sciences et de la pensée.

Dans le monde musulman, ce fut bien pire. Le protestantisme n’avait rien à y voir naturellement. Jusqu’au milieu du 15ième siècle, l’université du Caire était la meilleure au monde dans les domaines des mathématiques, physique, chimie et médecine. En l’espace de quelques décennies, les Wahhabites (autrement dit les intégristes) noyautèrent le gouvernement égyptien et, par là même son université. Le seul enseignement autorisé était devenu celui du coran. Dès lors, plus question de réfléchir ou de douter de quoi que ce soit. L’expansion militaire de la Turquie, avec son chapelet de massacres et son régime de terreur, acheva de disloquer une civilisation qui, par certains aspects, tels que la tolérance des Juifs (eh oui !) était supérieure à la nôtre.

En France, la gauche du 20ième siècle a adopté avec enthousiasme les idées de Rabelais, Montaigne puis, plus tard, Rousseau sur la nécessité de réfléchir plutôt que d’apprendre par cœur et de tout accepter sans discussion. Noble but et, comme je crois l'avoir déjà mentionné, en 1905 j'aurais été avec enthousiasme un homme de gauche.

Alors, que fit-on lorsque la vague rose de 1981 à 1995 (avec Chirac jouant les prolongation jusqu’en 2007) s’est abattue sur le parlement sans d’ailleurs que personne l’accuse à l’époque d’être anti-démocratique ? Nous avons appris avec Ségolène que seule une majorité de droite peut être anti-démocratique.

On institua le collège unique, on imposa la méthode globale, créant ainsi des milliers de faux dyslexiques, on diabolisa l’orthographe et la grammaire, on abolit les examens d’entrée en 6ième puis ceux d’entrée à l’université et finalement on accorda le bac à (presque) tout le monde. Sous couvert d’instituer l’égalité des chances, on nivela tout par le bas afin d’obtenir l’égalité des résultats.

L’abêtissement culturel, considéré comme une façon efficace d’empêcher les gens de réfléchir afin de mieux les manipuler, était bel et bien le but recherché. Nous avons besoin d’un nouveau Rabelais et d’un nouveau Montaigne qui s’attaqueraient aux hypocrites et aux menteurs de notre époque, en d’autres termes à nos nouveaux prêtres ; non plus ceux d’une religion mais ceux de la Pensée Unique.

Commentaires

Belle analyse, qui démontre notamment la chape de plomb que posent les clergés sur la culture et la science, quand on leur laisse diriger les états.
J'ai vécu la période où pour certains, la gauche commençait à Lecanuet. Mais lire:
"Alors, que fit-on lorsque la vague rose de 1981 à 1995 (avec Chirac jouant les prolongation jusqu’en 2007)...", et essayant d'imaginer de 86 à 88 Charles Pasqua en ministre de l'intérieur de gauche, ou, de 93 à 97, Pasqua encore, Balladur, Sarkozy, Madelin, Longuet ou De Villiers, et j'en oublie, en gardiens vigilants de la rose, ou peindre en rose encore la France de Chirac de 2002 à 2007, j'ai du mal. Manque d'imagination sans doute !
A bientôt...

Écrit par : Crabillou | 14/04/2008

merci pour l'abêtissement culturel Wolfy.
Mes enfants, nés en 74 et 77, ainsi que leurs amis et conjoints nés vers cette période et qui ont donc fait leur scolarité sur cette tranche d'âge après 81, ne me semble pas plus incultes que leurs prédécesseurs.
J'aurais même tendance à penser que la jeunesse jusqu'à présent est de moins en moins imbécile et qu'il faudrait être drôlement mauvais pour leur attribuer les difficultés auxquelles ils ont désormais à faire face comme le chômage

Monique

Écrit par : monique | 14/04/2008

A la relecture, je me rends compte que j'ai fait une faute d'orthographe, "semble" devant s'écrire là "semblent".

Écrit par : monique | 14/04/2008

tout dépend de ce qu'on met sous le mot culture : les enfants "réduits" à ce que leur offre l'école sont indéniablement incultes : même à l'université, on voit qu'ils ne lisent pas, manquent de références, ont peu d'orthographe et ne savent même pas rédiger correctement ni "présenter" leurs travaux. Bon, ça c'est pas vraiement de la culture mais ça y participe.

Musique, théatre, littérature, philosophie,cinéma,... y'a de grosse lacunes.
par contre, les enfants soutenus et encouragés à des pratiques culturelles variées par leur entourage la possède, cette culture.

c'est navrant pour ces jeunes pour lesquels des filères d'études et professionnelles se ferment et surtout, surtout, comme le dit Wolfy, c'est une entrave à une rélexion personnelle riche de sens, c'est aussi priver ces jeunes des très grands plaisirs que procure la culture.

bien sur, certains échappent à la règle et il y a de beaux exemples inverses. pas assez pour renverser la vapeur.

ce n'est pas nouveau, mais autrefois, une "culture ouvrière" forte et fière faisaient contrepoids; l'effond rement des anciens systèmes industriels et modes de production, entrainant celui des organisations ouvrières (PC) a privé ces jeunes de repères culturels différents mais précieux.
(je me réfère là à mon expérience personnelle et aussi à une étude de J.Frémontier : "la vie en bleu,voyage en culture ouvrière").

bon courage à nous tous pour aider nos jeunes

bisous

béa

Écrit par : beatrice | 14/04/2008

Je ne me serais pas mieux exprimée que Béatrice.

Crabillou : " la chape de plomb que posent les clergés sur la culture et la science, quand on leur laisse diriger les états."

Pas que le seul clergé.
-La pensée unique destructrice de la Pensée.
-Le politiquement correct virus de notre temps.
-Le nivellement par le bas grâce à cette pensée unique et au politiquement correct.

Parlons de l'endoctrinement de certains de nos enfants par leurs parents mais aussi par certains syndicats d'enseignants qui les envoient sur le pavé pour y trouver la plage ?
Les médias, les biens nommés "quatrième pouvoir" ne sont pas en reste pour désinformer parfois...
Et la réflexion dans tout cela ?
Où se trouve l'indépendance d'esprit ?
Bonne soirée Wolfy

Écrit par : Charline | 14/04/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique