logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/07/2008

Gorecky

On sait à quel point les critiques du XIX° siècle se sont moqués des Impressionnistes. On ne veut plus être accusé de commettre la même erreur. Alors on passe d'un excès à l'autre. On s'extasie devant tout, juste au cas où...

La réaction, car il y en a toujours une, ne s'est pas fait attendre. Dès le tournant du XX° siècle des étudiants ont proposé à l'admiration béate des gogos un tableau « peint » par la queue d'un âne.

D'autres ânes, sans aucun talent de peintre mais avec celui de gagner de l'argent entreprirent de jeter des seaux de peinture sur un canevas étendu sur le sol ou tendu contre un mur. Dans certains cas, ça a fort bien marché.

Devons-nous avoir si peur de dire que le roi est tout nu ?

Qui pourrait affirmer maintenant que le XVIII° siècle français était un grand siècle de poésie ? Ah oui, bien sûr, il y a André Chénier. Sans nier son talent, il est permis de se demander quelle aurait été sa renommée s'il avait vécu au XIX° siècle avec Hugo, Musset, Lamartine, Vigny, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Mallarmé... On peut donc affirmer sans broncher et sans risquer de se tromper que le XVIII° siècle n'était PAS un siècle de poésie.

Il en est de même en musique classique. Il y a assez de grands compositeurs sans que nous devions nous sentir obligés de tous les encenser.

« Vous n'aimez pas la musique moderne » m'a-t-on reproché bien des fois.

Certes, je déteste les symphonies de charnières grinçantes ou les concertos pour chats dont la queue est prise dans la portière. Ceci dit, j'aime certains moments d'Arvo Pärt, de Samuel Barber et de John Adams. Je ne déteste pas Florent Schmidt. Dans l'ensemble, pourtant, le reproche que l'on me fait de ne pas aimer la musique classique moderne semblerait justifié. Jusqu'à ce que...

Jusqu'à ce que je fasse la connaissance musicale de Gorecky. Voilà une musique outrageusement moderne ; profonde et mystérieuse dans les symphonies ; souffrante, hurlante, presque insoutenable dans les quatuors. Et pourtant, je détecte dans ce compositeur la marque du génie : l'inspiration. Il a VRAIMENT quelque chose à dire au lieu de se contenter de faire de la « recherche » pour épater le bourgeois.

Gorecky me déculpabilise et me rassure : j'aime la grande musique classique, même la très, très moderne pourvu qu'elle ait de la substance.

Commentaires

l'oeuvre d'orgue d'Arvo Pärt est très intéressante,
et dans le domaine musique du pésent, j'ai découvert Edith Canat de Chizy qui fut en résidence à l'orchestre de Pau un jeune compositeur,Karol Beffa, admirable orchestrateur, qui nous fit vibrer,
je suis un peu comme toi,mes références vont rarement à la musique très contemporaine,mais de Gorecki, un très grand souvenir d'émotion avec le Miserere
Et je reviens aux cantates du père Bach, toujours,
Bonne journée Fanfan du Fatras

Écrit par : framboisine | 31/07/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique