logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/08/2008

Livres

L’ordinateur détruira-t-il le livre ? Comme la langue et comme beaucoup d’outil, l’ordinateur est à la fois la pire et la meilleure des choses. J’inclus le livre électronique dans le monde des ordis.

Mes étagères croulent sous les livres. Or, une fois qu’on a lu un livre, combien de fois le relit-on ? Le livre électronique résoudrait ce problème. On parle de trois mille ouvrages logeables dans une plaquette de taille A-5.

Que dire pour la défense du livre ?

Tout d’abord, le livre, pour encombrant qu’il soit, reste une sauvegarde des contenus électroniques alors que pendant longtemps c’était le contraire.

Il n’a pas besoin de source d’énergie. Cela rejoint l’histoire du petit garçon qui se précipite vers ses parents en disant : « Grand-père a un rasoir tellement moderne qu’il n’a même pas besoin d’électricité ! »

Les bibliothèques, qu’elles soient municipales ou nationales, gardent des ouvrages peu ou jamais lus mais qui peuvent se révéler utiles un jour. Pour un historien, par exemple.

Je vous livre un extrait de roman lu récemment :

Mes pièces préférées, après ma chambre, sont la bibliothèque et la cuisine. La bibliothèque est tellement lumineuse que, même par temps sombre, elle semble éclairée de l’intérieur. Malgré l’habitude que j’en ai, je ferme encore les yeux pendant quelques secondes lorsque j’y pénètre, droguée par son subtil mélange de vieux livres et d’encaustique. Dans le silence qui baigne tout le bâtiment, la bibliothèque semble encore plus silencieuse. Enfant, j’y passais des heures et, depuis peu, j’en ai repris l’habitude. J’éprouve un plaisir sensuel à laisser mes doigts glisser sur les dorures des tranches, puis à lire lentement, à haute voix, les titres au charme désuet : La Bataille de Rocroi, Meditations sur les Mystères de la Vierge Marie, Le trictrac expliqué aux débutants, La ronde des Saisons, Conseils aux jardiniers.
Qui, par exemple, a jamais entendu parler de François de Scépeaux, Sire de Vieilleville, Comte de Duretal et Maréchal de France ? Pas moi, en tous cas. J’ouvre ses Mémoires, tome trois. Imprimé en 1557. Les « s » sont écrits comme des « f ». Je parcours quelques phrases puis je me laisse prendre au charme du récit. Je souris à la description de la façon dont le maréchal a intercepté les colonnes de vivres qui approvisionnaient les Espagnols puis a distribué la nourriture à ses propres troupes.
Je n’oublie pas la présence de tous les classiques, français et étrangers en éditions de luxe, classiques qui me dispensèrent de jamais devoir emprunter un ouvrage à la bibliothèque du collège lycée Notre-Dame de Toutes Aides de Nantes où je fus pensionnaire de la sixième à la terminale. Il faut ajouter la collection des Almanachs Vermot et des Etoiles Noëlistes.
Le coin qui m’enchantait le plus dans ma jeunesse, était celui des prix. Mes parents, mes grands-parents, mes oncles et tantes avaient tous reçu de magnifiques volumes en fin d'année scolaire, en général le dernier dimanche de juin. Ça ne se fait plus. Donner des prix aux premiers de la classe traumatise les autres élèves selon les psychologues à la noix de la pensée unique. Quelle cérémonie, pourtant ! Messe solennelle, distribution des prix, repas non moins solennel et vêpres avant que nos parent puissent nous ramener à la maison pour les grandes vacances.
Il me semblait, en feuilletant ces magnifiques volumes, entendre la voix de la directrice. A Léon d’Orrieuse, premier prix d’anglais : The Prince and the Pauper de Mark Twain. A Andréa de Malmont (du côté de ma mère), premier prix d’anglais (encore ?) : Ivanhoe de Walter Scott. Il y avait des vies de Jeanne d’Arc, des Vingt-mille lieues sous les Mers, des Tours du Monde en quatre-vingt Jours et des récits d’explorateurs. Ces ouvrages étaient invariablement gigantesques, imposant et lourds. Superbement illustrés aussi en gravures sur cuivre. On y voyait des armures médiévales, des monstres marins et des jeunes filles éplorées levant les yeux au ciel. « J’attire » comme on dit par ici, c’est à dire je prends sur l’étagère une édition hors de prix du Général Dourakine (Jeanne-Eléonore d’Orrieuse, premier prix de français 1911) ou encore Don Quichote illustré par Gustave Doré et je reviens quarante ans en arrière. Je m’enchante au lisse contact sous mes doigts d’un papier qui n’a pas vieilli et je m’ennivre de sa légère odeur de savon. >

Les commentaires sont fermés.