logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/09/2008

Un évènement sans importance

Arrivé à Prestwick en provenance de Toronto, je me retrouvai, à six heures du matin, avec plusieurs heures de flottement entre mon rendez-vous, programmé pour neuf heures, et l’avion pour Paris. À l’exception d’une tasse de mauvais café, j’avais refusé le petit déjeuner servi à bord. Mon estomac me disait qu’il était onze heures du soir et je n’avais pas faim. Cependant, à peine débarqué, l’air frais de l’Écosse me donna soudain une faim de loup. Peu enclin à faire confiance aux restaurants de l’aéroport, je pris la navette et me retrouvai au centre-ville de Glasgow un quart d’heure plus tard.

Longeant un hôtel au style victorien imposant, je vis des gens qui prenaient leur petit déjeuner dans une immense salle à manger. J’entrai et je m’assis à une table pour une personne. On me servit du café (du bon, cette fois) avec crème fleurette, petits pains briochés, petits pots de beurre, margarine et confitures. Le garçon m’indiqua le buffet et ce fut avec plaisir que je retrouvai les éléments d’un petit déjeuner britannique non seulement copieux mais franchement luxueux : vasques pleines de framboises, de fraises ou de quartiers de clémentines, œufs brouillés, œufs sur le plat, bacon, saucisses, champignons poêlés, harengs saurs, pommes de terre sautées, tomates frites et rognons à la diable. L’appétit vint en mangeant et je me levai de table dans les meilleures dispositions possibles.

Le garçon s’approcha : “Quelle chambre, Monsieur ?”
“Comment cela ?”
“Votre numéro de chambre, Monsieur.”
“Mais je n’ai pas de chambre.”
“Le petit déjeuner est réservé uniquement aux clients qui ont une chambre.”
“Désolé : je ne savais pas. Je vais vous le payer. C’est combien ?”
Le garçon se gratta la tête. “Tout cela est bien compliqué. Comment je vais expliquer ça au patron, moi ?” Je haussai les épaules.
“Bon” reprit le garçon.“ Filez discrètement et ne dites rien à personne ou je vais me faire engueuler.”

Je filai (à l’écossaise, naturellement) non sans avoir donné au garçon un excellent pourboire. Ce petit déjeuner tout à la fois énorme, délicieux et gratuit, fait partie de ces évènements sans importance dont le souvenir tient chaud au cœur et vous fait aimer la vie.

Commentaires

Sans importance ! Une fois de plus, je ne suis pas d'accord avec vous !
Arriver à extorquer (le terme est excessif, je vous l'accorde) un petit déjeuner pantagruélique (un peu exagéré aussi, c'est vrai) à un restaurateur écossais, c'est un événement qui eut mérité qu'on lui accordât les faveurs d'une diffusion dans toutes les Télés et journaux de la planète.
Seul peut-être et encore, un juif auvergnat peut s'essayer à pareil exploit !
Bravo !

Écrit par : Crabillou | 27/09/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique