logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/02/2009

Petits moments mémorables II

Ma collègue Joséphine avait 15 ans de plus que moi. Il était donc logique qu’elle prenne sa retraite quinze ans avant moi. Tout se passa fort bien pendant plusieurs années. Paul, son fils, venait souvent la voir.
Puis Joséphine souffrit d’une rupture d’anévrisme. J’allai la voir à l’hôpital. Elle ne semblait pas me reconnaître. Si elle essayait de parler, elle ne prononçait que des sons dans le genre de : “Washawashawash…”.
“Ça va un peu mieux, Jo ?”
“Washawashawasha…”
“On prend bien soin de toi ici ?”
“Washawasha…”
“Paul est-il venu te rendre visite ?”
Elle sourit et, l’espace d’une seconde, redevint aussi belle qu’elle avait dû l’être dans sa jeunesse. “Oui” répondit-elle d’une voix nette et claire “Paul est venu”.
Elle mourut dans la nuit.
Oserai-je préciser que cela se passait aux États-Unis ? Puisque, pour un Français, tout ce que peut dire ou faire un Américain est automatiquement mal, ça gâcherait l’histoire, n’est-ce pas ? Je ne le préciserai donc pas…

Commentaires

Lundi, il sera question des profs.

Te reconnaîtras-tu ?

Écrit par : josiane | 26/02/2009

Ma chère Josiane,

Je prends les devants. On verra si ma liste correspond en partie à la vôtre. J’ai mis « il » mais cela peut aussi bien être « elle ».

- Le prof arriviste qui veut « laisser sa marque » sur l’établissement. Il veut aussi se faire un nom afin de pouvoir, un jour, postuler à un poste de principal. Il critique tout, change tout et quand il s’en va, ne laisse que des ruines.

- Le prof qui s’en fout. Il arrive, donne son cours et repart sans s’intéresser à ses élèves ou à la vie de l’établissement. Il n’a choisi cette profession que pour la sécurité de l’emploi, les vacances, les avantages sociaux des fonctionnaires et le chèque à la fin du mois.

- Le prof qui ne pense qu’à sa profession. Enthousiaste, efficace, il arrive le premier, part le dernier, tire des tonnes de photocopies et passe ses vacances à refondre ses cours du tout au tout. Il n’a plus de vie de famille.

- Le prof sectaire. Obsédé par sa religion ou le syndicalisme (c’est un spécialiste des manifs), il lasse tout le monde et arrive quand même à bourrer le crâne de ses élèves.

- Le fou de logistique : prof de musique, par exemple, il ne pense que nombre de chaises, choix de salle, activités extra scolaires. Ne lui parlez pas de musique : ça ne l’intéresse pas.

- Le prof d’éducation physique : il roule des mécaniques, lit son journal dans la salle des profs et ne comprend pas ceux qui se plaignent d’avoir trop de copies à corriger.

- Le prof de français soixante-huitard qui n’enseigne pas la grammaire (la connaît-il lui-même, d’ailleurs ?) et insiste pour étudier des textes « pertinents » : esclavage, injustice sociale, brutalité policière, banlieues désavantagées, racisme, etc… Foin des Ronsard, Racine, Baudelaire, Gide etc… Ils ne sont pas « pertinents ».

Tableau bien noir ? Rassurons-nous, il y a quand même beaucoup de profs qui sont aimés de leurs élèves, qui adorent leur métier et qui le font consciencieusement et avec enthousiasme..

Écrit par : Wolfy | 27/02/2009

Et les profs lucides dont tu sembles faire partie sont-ils majoritaires ?

Écrit par : Charline | 03/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique