logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/05/2009

Universalité

Le sentiment d’universalité en art peut parfois prendre des tournures inattendues. Au début des années 60, petit prof complètement fauché à Cotonou, au Dahomey (Bénin), je n’avais guère l’occasion d’écouter de la musique classique. Certes, nous possédions des postes à ondes courtes. Les missionnaires protestants du Libéria et de la Sierra Leone géraient des émetteurs diffusant parfois de la musique classique. Autrement, il y avait simplement les tourne-disques comme on les appelait à l’époque. Disques vinyles, évidemment.
Presque privilégié, je possédais un gros magnétophone à la belle sonorité. J’enregistrais les disques de mes collègues. Ils en avaient d’ailleurs très peu. Je me retrouvai avec une sélection de chansons de Harry Belafonte mais aussi Cosi fan Tutte et les cantates 112 et 185 de Bach. Je les ai écoutées tellement souvent que, cinquante ans plus tard, je les connais encore par cœur. Interprètes ? Je ne sais plus. Je les ai maintenant en CD, interprétées par Harnoncourt mais, bien que la qualité du son soit incomparablement plus raffinée, l’émotion n’y est pas. J’attends toujours une meilleure version.
Remontant un jour en pirogue les eaux gonflées du Mono (le fleuve qui sépare le Dahomey du Togo) je me surpris à rejouer ces deux cantates dans ma tête. Le bon Jean-Sébastien qui n’avait guère voyagé aurait été surpris de savoir que, deux cents ans après sa mort, dans un pays dont il n’avait jamais entendu parler, sous un climat qu’il n’aurait jamais pu imaginer, sa musique s’accordait parfaitement au déroulement solennel des eaux mêlées de longues herbes et de branches entre des rives aux arbres serrés, très verts côté Dahomey, plus secs côté Togo, le fleuve coulant à la limite entre deux terrains de géologies différentes, le tout sous un ciel tourmenté de fin de saison des pluies. Universel, majestueux, inoubliable…

Commentaires

je ne peux laiser cette note vierge de commentaire,
l'expérience que tu relates et dont tu m'avais déjà fait l'honneur, un symbole en raccourci de tout ce qui peut nous arriver de meilleur:
l'art , partout, et reconnu comme tel par l'âme
Le père Bach n'aurait pas rechigné à ce rapprochement

et je ne peux m'empêcher d'évoquer le film splendide de gabriel axel "Le festin de Babette " qui lui, mêle toutes formes d'art, la musique restant la trame ,
oui Wolfy, l'art est partout,
et qu'une cantate revienne en mémoire dans un paysage africain ne surprant pas :tout ce qui est le BEAU va avec le Beau
merci pour ton témoignage, fanfan

Écrit par : framboisine | 27/05/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique