logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/08/2009

Simplicité

 

Que sont mes amis devenus

que j'avais de si près tenus

et tant aimés ?

 

Ils ont été trop clair semés.

 

Je crois le vent les a ôtés.

 

L'amour est morte.

 

Ce sont amis que vent emporte

et il venta devant ma porte.

 

Les emporta.

 

Qui ne connaît ce magnifique poème, soit qu'on l'ait étudié au lycée, soit qu'on l'ait entendu chanté par Léo Ferré, Jacques Douai ou Cora Vaucaire ? Mon interprétation favorite est celle de Jacques Douai, suivie de celle de Cora Vaucaire (désolé, Léo !)

 

La Complainte Rutebeuf , d'où sont tirés ces quelques vers, a été composée vers 1250 (à quelques années près). Nous sommes donc en plein treizième siècle !

 

Si l'on essaie de lire les poètes contemporains de Rutebeuf, Gace Brulé par exemple, on les comprend, certes. Mais ils sont beaucoup plus difficiles à lire. On « accroche » en les lisant, surtout la première fois ; et surtout ils ne diffusent pas immédiatement, à la façon d'un parfum, l'enchantement d'une poésie authentique et profonde.

 

Pourquoi ?

 

J'y vois, chez Rutebeuf la sincérité des sentiments. Ses contemporains, baignés dans l'atmosphère de l'amour courtois, choisissaient une dame, réelle ou imaginaire, qu'ils déifiaient presque et qui servait de point de départ à leur poésie. Rutebeuf parle de lui-même, allant jusqu'à confesser plus loin dans La Complainte Rutebeuf qu'il a fait des choses peu recommandables et qu'il en a honte.

J'y vois aussi le simplicité dans le choix des mots et des expressions. Les mots simples traversent les siècles plus facilement que les mots alambiqués. C'est vrai en poésie mais aussi dans tous les autres genres littéraires, y compris en philosophie. Comparons le style clair et sobre de René Descartes avec les élucubration ampoulées de Jacques Lacan (je prends un cas extrême) et nous saisirons immédiatement lequel des deux traversera les siècles. Pour Descartes, mort en 1650, on peut dire que c'est déjà fait. Pour Lacan, mort en 1981, cela se fera d'autant moins que même ses contemporains se demandent si on ne s'est pas foutu de leur gueule. Pour moi, la réponse ne fait aucun doute.

Commentaires

Bonjour Woolfy,

En lisant le complainte de Rutebeuf, je me suis mise à la fredonner. Ici au Québec Claude Dubois la chante admirablement bien. J'aime sa voix qui se prête bien à cette complainte. Lorsque je réuni de vieux amis je mets le cd lorsqu'ils arrivent.
Aurevoir, je reviendrai te visiter.

Écrit par : Pierrette | 24/08/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique