logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/06/2010

Rue McClanahan

 Avant-hier, Rue McClanahan est morte. Pour une fois, il ne s'agissait pas d'un cancer. Je n'ai jamais été un « fan » de telle ou telle actrice mais je me souviens d'une conversation télévisée qu'elle avait tenue avec une journaliste, il y a quelques années. A la question : « Change-t-on avec l'âge ? », elle avait répondu (elle aurait pu être normande) : « Oui et non ». Puis elle avait expliqué qu'on ne change pas vraiment mais que, à l'instar d'une falaise sur laquelle on peut observer différentes couches géologiques, on ajoute de nouvelles strates aux différentes époques de la vie sans jamais détruire les plus anciennes. On devient multiple.

Pour ceux qui se demandent « Qui suis-je ? », voilà une bonne méthode à suivre.

Je suis et je serai toujours ce qu'a été ma petite enfance mais (et c'est là que la plupart des psys se trompent) PAS SEULEMENT.

Je suis aussi l'enfant élevé sans père jusqu'à l'âge de six ans par une femme confite en dévotion critiquant inlassablement tout ce que je faisais et tout ce que je disais.

Je suis l'adolescent sexuellement frustré, tiraillé entre les interdits religieux et les « tentations » avec pour résultat une attitude tellement gauche et timide qu'elle annulait toute chance de succès auprès des filles, ce qui était, bien sûr, exactement le but recherché par mes mentors.

Je suis cet homme jeune et vigoureux, sportif, joueur de tennis et baroudeur qui ne savait toujours pas comment trouver l'amour ou même l'amitié.

Je suis ce mari qui ne savait pas être un bon mari et ce père qui ne savait pas être un bon père. J'en ai parlé avec ma fille depuis. Adolescente, elle me donnait 12/20 précise-t-elle avec un sens de l'humour que j'apprécie beaucoup.

Je suis celui qui a découvert l'amour, l'amitié et la spiritualité bouddhiste à l'âge de 55 ans et qui, depuis, en savoure chaque seconde.

Ma falaise, bien sèche et bien aride, est malgré tout recouverte, au sommet, de terre arable et verdoyante. Suis-je devenu seulement cette dernière couche? Bien sûr que non : je suis tout ce qu'il y a en-dessous sans chercher d'excuses, sans rien renier, sans rien écarter.

 

 

Commentaires

Bonsoir,

Il est difficile de laisser un commentaire quand une telle " vérité" est si bien exprimée.

Nous nous construisons chaque jour sur des souffrances, des joies, des erreurs.

Pourquoi renier?Les excuses nous empêcheraient d'avancer, car nous avançons, non?


Voilà:c'était ma modeste contribution;cette note je l'ai lue plusieurs fois.

Bonne soirée à vous qui écrivez si bien.

Betty

Écrit par : betty | 11/06/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique