logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/06/2010

Rue McClanahan

 Avant-hier, Rue McClanahan est morte. Pour une fois, il ne s'agissait pas d'un cancer. Je n'ai jamais été un « fan » de telle ou telle actrice mais je me souviens d'une conversation télévisée qu'elle avait tenue avec une journaliste, il y a quelques années. A la question : « Change-t-on avec l'âge ? », elle avait répondu (elle aurait pu être normande) : « Oui et non ». Puis elle avait expliqué qu'on ne change pas vraiment mais que, à l'instar d'une falaise sur laquelle on peut observer différentes couches géologiques, on ajoute de nouvelles strates aux différentes époques de la vie sans jamais détruire les plus anciennes. On devient multiple.

Pour ceux qui se demandent « Qui suis-je ? », voilà une bonne méthode à suivre.

Je suis et je serai toujours ce qu'a été ma petite enfance mais (et c'est là que la plupart des psys se trompent) PAS SEULEMENT.

Je suis aussi l'enfant élevé sans père jusqu'à l'âge de six ans par une femme confite en dévotion critiquant inlassablement tout ce que je faisais et tout ce que je disais.

Je suis l'adolescent sexuellement frustré, tiraillé entre les interdits religieux et les « tentations » avec pour résultat une attitude tellement gauche et timide qu'elle annulait toute chance de succès auprès des filles, ce qui était, bien sûr, exactement le but recherché par mes mentors.

Je suis cet homme jeune et vigoureux, sportif, joueur de tennis et baroudeur qui ne savait toujours pas comment trouver l'amour ou même l'amitié.

Je suis ce mari qui ne savait pas être un bon mari et ce père qui ne savait pas être un bon père. J'en ai parlé avec ma fille depuis. Adolescente, elle me donnait 12/20 précise-t-elle avec un sens de l'humour que j'apprécie beaucoup.

Je suis celui qui a découvert l'amour, l'amitié et la spiritualité bouddhiste à l'âge de 55 ans et qui, depuis, en savoure chaque seconde.

Ma falaise, bien sèche et bien aride, est malgré tout recouverte, au sommet, de terre arable et verdoyante. Suis-je devenu seulement cette dernière couche? Bien sûr que non : je suis tout ce qu'il y a en-dessous sans chercher d'excuses, sans rien renier, sans rien écarter.

 

 

05/06/2010

Eureka Springs

 Eureka Springs. 3000 habitants seulement mais, comme toutes les villes américaines, elle s'étend sur une grande surface géographique car dès que l'on quitte le centre ville, chaque maison individuelle possède beaucoup de terrain. Les sources d'eau chaude ont donné à Eureka Springs une réputation de ville d'eau dès le 19ième siècle, et une grande partie du charme de la région vient précisément du fait que la plupart des maisons datent de cette époque et que beaucoup parmi les plus récentes en ont conservé le style. Sur une colline proche se tient annuellement une passion inspirée de celle d'Oberammergau mais beaucoup plus vivante car ne consistant pas seulement en tableaux. Y convergent les bigots fanatiques et créationnistes des églises baptistes (mais pas seulement eux, bien etendu).

Eureka Springs est situé au coeur des Ozarks, une région de formation géologique assez proche de celle du Massif Central : ère secondaire, volcans inactifs et sources d'eau chaude. L'ensemble est en grande partie recouvert de forêts apparemment impénétrables et où, comme on dit, la main de l'homme n'a jamais mis le pied. On comprend mieux les difficultés de déplacement qu'éprouvaient les Amérindiens de la région ainsi que les coureurs des bois du 17ième siècle. Ils étaient bien obligés, les uns comme les autres de suivre les pistes créées par les animaux : loups et renards, évidemment, mais surtout ours.

On a longtemps cru que le nom « Arkansas » venait du nom d'une tribu amérindienne. En fait, les Français du 17ième siècle le croyaient aussi. La tribu en question était les Cados, une branche de la nation Cherokee.

Entre parenthèses, et même s'ils chassaient beaucoup, les Cherokee n'étaient pas des nomades : ils étaient sédentaires et cultivateurs. Ils n'habitaient pas dans des teepees ou des wigwams mais dans des maisons en terre battue. Ils construisaient des collines rectangulaires ou pyramidales rappelant étrangement celles que l'on trouve en Amérique du Sud. A l'arrivée des Espagnols (qui pénétrèrent dans le pays avant les Français) ils furent décimés à 90% par deux maladies qu'ils ne connaissaient pas : la tuberculose et la grippe. Incapables de continuer à exploiter les fermes et incapables également de se défendre, ils furent, comme on le sait, expulsé vers l'Oklahoma.

Les premiers Français ayant exploré ce qui est de nos jours le Nord-Ouest de l'Arkansas, et ayant demandé aux autochtones où et qui ils étaient, s'entendirent répondre : Arkansas. Mais, en langue Cado, cela veut dire soit « Rivière qui coule vers le Sud » soit « Vents du Sud ». Les experts ne sont pas d'accord.

Les montagnes des Ozarks ont été baptisées ainsi par les Français. Il s'agit d'un diminutif de : « Territoire appartenant aux Arkansas ». Ouf ! On y arrive !

IMG_0870.JPG
Eureka Springs, petite ville des Ozarks perdue au milieu d'une végétation luxuriante.

04/06/2010

Vacances 2010-5

 

Un passage en Amérique ne serait pas complet sans un barbecue de belles entrecôtes.

lr1005v.jpg.JPG
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique